Par quoi commencer ? Il est d’autant plus difficile de critiquer un livre lorsque l’on a vraiment tout aimé.

Il y a tout de même une chose qui m’a vraiment frappée. Quand j’ai commencé ce livre, je me suis dit que jamais je ne pourrais m’identifier à cette héroïne si « différente », tellement loin de ce que je connaissais, et pourtant ! Je l’ai trouvée tellement attachante, et je me suis mise à la comprendre, avec une facilité assez déconcertante. Alors je suppose que je le dois beaucoup aux mots, des mots justes, des mots simples, des mots qui touchent.

Pour moi c’est un livre sur l’humanité, sur les hommes si imparfaits qui peuvent à la fois donner le meilleur comme le pire. Peut-être mon avis est-il biaisé parce-que c’est un thème qui me touche beaucoup, mais qu’importe finalement, comparé au plaisir que j’ai pris à le lire.

Cela aurait simplement pu être une histoire malheureuse, comme l’on en voit beaucoup, une histoire qui ressemble à tant d’autre. Mais bien au contraire, j’ai trouvé cette histoire « différente ». Sans parler de toutes les questions éthiques qu’elle soulève, c’est avant tout une histoire sur la raison de vivre, sur le pardon, et sur l’espoir. Et c’est sans doute cela qui m’a tant touchée.

Publicités