Mon ami Ben, c’est le témoignage d’une mère, Julia, dont le fils Georges, diagnostiqué autiste, apprend peu à peu à communiquer avec le monde grâce à Ben, un chat errant qui adopte la maison. C’est aussi l’histoire de la disparition subite de Ben, ou comment Julia va remuer ciel et terre pour le retrouver, pour la survie de sa famille, de son fils.

Ce roman est une histoire vraie, ce n’est pas vraiment un roman. Il ne faut pas le lire pour la qualité de l’écriture, qui sans être mauvaise, n’est pas non plus très travaillée. Il faut le lire pour ce qu’il est : un témoignage. Bien sûr je l’ai choisi parce-qu’il parle d’un chat, mais aussi parce-qu’il parle de l’autisme qui est un sujet que je connais peu et sur lequel j’ai voulu en apprendre davantage.

J’ai été touchée par cette histoire. Par le combat quotidien mené par Julia pour communiquer avec son fils, par ses moments de détresse mais aussi ses moments de joie, par sa force de ne rien abandonner. J’ai également été fascinée par la relation entre Georges et Ben, et le pouvoir de ce chat sur les capacités de communication de l’enfant. Par l’éveil de Georges au monde, mais aussi sa rechute quasi-immédiate lors de la disparition du chat.

Je conseille donc ce titre à tous ceux désireux de s’intéresser aux histoires d’autrui, désireux de les comprendre, d’être touchés, et d’en tirer leurs propres enseignements.

Publicités