Juin 1984, Tokyo.  D’un côté, Tengo, enseignant brillant de mathématiques, écrivain amateur durant son temps libre. De l’autre, Aomamé, instructrice dans un club de sport et tueuse à gage pour le compte d’une vieille dame. Tous les deux seront transportés dans le monde parallèle 1Q84, un monde dans lequel existent deux lunes. Mais quel est donc le lien qui les unit ? Serait-ce Eriko Fukada et son roman La chrysalide de l’air, qui, remanié par Tengo, deviendra un best-seller ? Un roman qui décrit l’existence des Little People, dans un monde où existent deux lunes …

Dès le départ nous voilà plongé successivement dans les vies d’Aomamé et de Tengo. Des vies sur lesquelles on a terriblement envie d’en apprendre d’avantage. D’abord de part l’originalité de l’histoire mais aussi grâce à la qualité d’écriture de Murakami, à la fois fluide, précise et métaphorique. « L’homme, d’un âge moyen, se contentait de contempler l’alignement sans fin des voitures devant lui, la bouche serrée, tel un vieux marin aguerri, debout à la proue de son bateau, appliqué à déchiffrer quelque sinistre pressentiment dans la jonction des courants marins. « 

Ce premier livre met en place le contexte de l’histoire, nous amène à nous poser des questions, à essayer de faire des liens à la manière d’un enquêteur qui voudrait comprendre où l’écrivain veut nous mener. Et le génie de Murakami nous donne ainsi envie de lire d’une seule traite les 534 pages de ce premier tome. Nous le suivons au fil des mots, sans jamais nous lasser, toujours avide de connaître la suite de l’histoire, et le pourquoi de ce monde où existent deux lunes.

Publicités