Et voilà le dernier tome, qui vient conclure d’une belle fin, ou plutôt d’un beau commencement, cette histoire un peu abracadabrante mais pleine de poésie. Ce qui devait être fait a été fait, et Tengo, tout comme Aomamé, est enfin en paix avec lui même. Où l’on comprend finalement que la seule raison de leur présence dans ce monde 1Q84 était de se retrouver.

J’ai beaucoup apprécié ce troisième tome, qui vient compenser le deuxième qui m’avait un peu déçue. On plonge encore d’avantage dans la vie de chaque personnage, dans leur réflexion personnelle, à leur recherche d’eux-même.

Finalement j’ai beaucoup de mal à parler de ce livre, même si je l’ai très clairement apprécié. Quand je l’ai refermé, il m’a tout simplement laissée sans voix. Et je cherche mes mots ici pour en parler. Il laisse derrière moi une impression étrange, d’une pensée inachevée, comme s’il avait été abordé des tas de sujets, sans donner de réponse, en laissant au lecteur la possibilité de poursuivre seul sa réflexion. Mais peut-être que je suis complètement passée à côté des messages que l’auteur voulait transmettre, et j’aurais clairement aimé étudier cette oeuvre en cours de français si j’avais encore été lycéenne.

dans tous les cas, je le conseille à tout le monde, ne serait-ce que par curiosité, pour que chacun puisse se faire une opinion.

Advertisements