Et puis Paulette … c’est l’histoire d’une amitié et d’une entraide fabuleuse. Ferdinand vit tout seul dans sa ferme, trop grande pour lui, depuis que son fils et sa famille se sont installés dans leur chez-eux à eux. Vient s’installer Marceline, dont la maison est sérieusement abîmée après un violent orage. Puis Guy, qui ne voulait par rester seul après la mort de sa femme. Ensuite viennent les soeurs Lumières, Hortense et Simone, menacées d’expulsion par leur neveu qui veut récupérer leur maison plus tôt que prévu … S’ajoutent Muriel et Kim, deux étudiants fauchés dont les services sont loués en échange du logis et du couvert. Et puis Paulette …

Voilà une histoire qui donne du baume au coeur. Une jolie histoire qui pourrait servir d’exemple un peu plus souvent dans la vie réelle. J’ai lu dans ce récit beaucoup de chaleur, de sincérité, de simplicité. Un récit  écrit comme les choses se passent, loin des tournures de phrases de compliquées, avec des mots simples, des phrases épurées, mais qui finalement traduisent bien le déroulement de l’histoire. Des mots qui parlent, qui nous font, nous aussi, vivre un peu dans cette maison. Et puis n’oublions pas les éclats de rire non plus (pour ma part j’ai beaucoup ri à la lecture de ce roman). C’est un roman que je classerais plutôt dans la catégorie jeunesse, il se lit très vite (3h pour moi) mais c’est aussi une lecture agréable pour des adultes qui veulent passer un bon moment, pour se détendre.

Advertisements