août 2012


J’ai décidé il y a un petit moment de participer au challenge La face cachée des Disney proposé par isallysun. Il s’agit de lire les ouvres originales qui ont inspiré les films de Disney. Je me suis inscrite au niveau Peter pan pour seulement une lecture, mais je vais peut-être changer pour la catégorie Pinocchio (trois lectures).  Le logo est vraiment très joli.

J’ai choisi de critiquer relire et critiquer Cendrillon par Charles Perrault. J’ai choisi ce contes car c’est la première étude de livre que j’ai faite, pour la préparation à mon entrée en 6e. ^^Je n’en garde que des impressions, mais du coup je trouvais que ça faisait une relecture intéressante, maintenant avec mon regard « d’adulte ». Je compte également cette critique pour la lettre P du challenge ABC de Babelio.

J’avais oublié à quel point il était agréable de lire des contes. J’ai lu Cendrillon avant de m’endormir, comme on lirait des contes à un enfant. Une belle histoire, une belle écriture, des mots qui chantent, voilà de quoi trouver le sommeil facilement.

J’avais peu de souvenirs de ma première lecture de Cendrillon, j’avais 9 ans, mais j’en gardait plutôt le souvenir négatif d’un conte barbant. Quelle agréable surprise de me laisser emporter par cette courte histoire. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Charles Perrault, tellement fluide, musicale, douce, comme une voix de maman.

L’histoire, très connue, n’en garde pas moins toute sa saveur, et rappelle en chacun de nous des rêves d’enfant. Un retour aux sources nostalgique et rassurant.

J’avais très envie de venir m’envelopper dans ce conte comme dans un cocon, quoi de mieux pour faire de beaux rêves ?

J’aime bien quand même maîtresse reçoit des colis … Parce-qu’après je peux jouer avec les cartons ! 😀

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

Ingrédients (4 Portions) :

– 6 tomates mures

– 1 concombre

– 1 poivron rouge

– 1 poivron jaune

– 2 petits oignons

– 1 gousse d’ail

– 3 jus de citrons (ou plus, selon les goûts)

– 6 cuillères à soupe de vinaigre

– huile d’olive (1/2 verre)

– basilic

– piment en poudre

– poivre et sel

– un verre d’eau

– glaçons (facultatif)

Préparation de la recette :

Laver les légumes et ôter la peau du concombre, épépiner les poivrons.

Mixer en une ou plusieurs fois (selon la capacité de votre mixeur) tous les ingrédients, en prenant bien soin de réduire en purée l’ail et l’oignon.

Ajouter de l’eau si la mixture est trop épaisse, l’huile, le vinaigre et le jus de citron et le basilic puis assaisonner.

Bien mélanger et mettre au frigo au moins une heure, avec ou sans glaçons.

Pour une préparation sans pulpe, une fois la recette réalisée, verser la préparation au travers d’une passoire avant de mettre au frais.

DEGUSTEZ ! 

J’ai la chance de très bien m’entendre avec mes voisins, du moins quelques uns que je connais pas trop mal. Ce week-end, pour la fête de fin du ramadan, mes voisines ont fait des pâtisseries (je leur avais donné des oeufs vendredi pour les dépanner). Et ce soir, la maman m’a donné une assiette pleine ! Miam, moi qui adore ça, je vais me régaler ! 😀

Marie-Ange, dite Esmeralda, prostituée, rêve de jours meilleurs. D’origine palestinienne, elle se sent abandonnée par la France, elle qui voulait faire des études, et seuls ses livres lui font oublier la misère et la violence du quotidien. Georges écrit des poèmes, tout en s’entraînant pour devenir professionnel de boxe. Il a rompu avec les traditions juives de sa famille afin de mener sa vie de manière indépendante, et d’arriver au bout de ses ambitions.

Je ne peux pas en dire plus sur ce roman car je me suis arrêtée au bout de 100 pages, un tiers du livre. Cela aurait pu être une belle histoire, mais l’écriture m’a complètement bloquée. Une écriture très lourde, très difficile, jugez-en vous-même par cet extrait (4e de couverture) :

« Assise sur le parvis d’une église, soutenant la tête d’un homme suant le sang, fatigué de tourments, suant le sang de vouloir autre chose de mieux dans sa vie, suant le sang à la rencontre de son âme sœur, suant le sang d’une profonde blessure à l’abdomen, elle pleure. Coup de surin vif, éclair de sang zébré de larmes, estafilade suppurante les maudissent. Assise sur le parvis des prières, soutenant la tête d’un homme suant le sang, elle, Esméralda, d’un rêve de trois billets, souffle, souffre d’un destin trop lourd. Elle essuie, avec un chiffon de résignation et avec toute sa fibre maternelle, le liquide rouge.
De sa bouche s’échappe la brume d’un hiver rude, d’un hiver témoin d’une scène tragique. « 

J’aurais pu continuer si j’avais pensé que la difficulté de l’écriture apportait réellement quelque chose au livre, parce-qu’avec un peu de concentration on y arrive. Mais j’ai plutôt l’impression qu’il s’agit d’une façon de pavaner. Ecriture difficile ne rime pas forcément avec belle littérature.  Pour moi les tournures de phrases employées par l’auteur, les mots que je ne connais pas, n’apportent rien au livre. Sans avoir une écriture facile et plate, comme les Marc Levy et compagnie, il y a des auteurs tels que Stefan Zweig qui savent trouver les mots justes et précis, écrire de belles phrases, tout en restant parfaitement abordables et clairs pour la plupart des lecteurs. Ici ce n’est pas le cas. Et ma question est : à quoi ça sert ? Ecrire pour soi, oui sans doute, et je conçois que l’auteur aime son style (je l’espère !), mais écrire et surtout être publié, c’est partager aussi …

Connaissez-vous Matt Harding et ses vidéos où il danse dans le monde entier avec les habitants des pays qu’il visite ? Voilà le cru 2012. Je trouve cette idée fantastique alors je partage ici avec vous. Pour plus d’info, son site internet, en anglais par contre. Il y explique l’origine de son projet et ses motivations. Une belle façon de réunir les peuples.

Un petit bilan sur le challenge ABC, bilan pas très glorieux je l’avoue, mais c’est un challenge très difficile, que je ne recommencerai pas l’année prochaine. Petit rappel, le challenge ABC c’est ça :

Il faut choisir 26 livres à lire jusqu’au 13 septembre 2012, et rédiger 26 critiques sur le site de Babelio. Les 26 auteurs doivent correspondre aux 26 lettres de l’alphabet.

10/26.

A –

B – BROWN Helen – Cléo et Sam critiqué

C – COLLIN Isabelle – 1001 secrets de chat critiqué

D – DENNIS Patrick – Tante Mame  critiqué

E –

F –

G –

H – HIE-DESGRANGES Astrid – L’Amanite critiqué

I –

J – JARDIN Alexandre – Des gens très bien à remplacer, impossible de le finir

K – KANATA Konami – Chi, une vie de chat T.1 critiqué

L – LE CALLET Blandine – La ballade de Lila K  critiqué 

M – MURAKAMI Haruki – 1Q84 (livre 3) critiqué

N –

O –

P –

Q –

R – ROMP Julia – Mon ami Ben critiqué

S – SIJIE Dai – Balzac et la Petite Tailleuse Chinoise critiqué

T – THILLIEZ Franck – La chambre des morts  critiqué

U –

V –

W – WILDE Oscar – L’importance d’être constant

X –

Y –

Z – ZOLA Emile – L’assomoir

Page suivante »